Subcategories

Edvard GRIEG: Peer Gynt (incidental music/bühnenmusik/musique de scène)

Posted By: JanusTC

Edvard GRIEG: PEER GYNT
APE + CUE + Covers | 232 Mb


(incidental music/bühnenmusik/musique de scène)
Symphonic Dance Opus 64 n°2
Concert Overture "In autumn" Opus 11



Ilse Hollweg, sopran
Beecham Choral Society
Royal Philharmonic Orchestra
conducted by Sir Thomas Beecham


This version, compiled in 1987 with 1956, 1957 and 1960 recordings, is one of the most beautiful ever published. Beecham is not well known, but he was a great conductor. In this recording, his "maestria" and Ilse Hollweg's interpretation are so delicious!... That's what I think, that's what I say! :)


Peer Gynt, drame en vers d'Henrik Ibsen, parut en 1867. En 1874, Ibsen eut l'idée d'adapter son œuvre pour le théâtre et il n' était que naturel qu'il s'adressât pour la musique de scène à Grieg, avec qui il entretenait depuis plusieurs années de chaleureux rapports d'amitié. Grieg, qui venait de consacrer un travail acharné à son opéra Olav Trygvason (demeuré inachevé), ne fut pas peu flatté de recevoir cette invitation et fut prompt à accepter de se charger du projet. Bien que Peer Gynt l'impressionnât profondément en tant qu'œuvre littéraire, la composition de la musique de scène lui causa beaucoup de mal: «PeerGynt avance très lentement et il n'y a pas moyen que je l'aie fini à l'automne», écrivit-il à un ami au mois d'août 1874. «C'est un sujet terriblement difficile à manier». La première présentation de cette version scénique nouvelle de l'œuvre eut lieu à Christiania (Oslo) le 28 février 1876 et s'avéra un succès immédiat. Grieg fut toutefois moins satisfait et il saisit l'occasion de la reprise de Peer Gynt à Copenhague, en 1885, pour réorchestrer une grande partie de la musique. Tant pour cette production que pour une reprise ultérieure, en 1902, Grieg composa quelques pages nouvelles et la partition publiée en 1908 ne contient pas moins de vingt-trois numéros séparés.
La pièce de théâtre relate la chute et la rédemption finale d'un paysan norvégien paresseux et dégénéré, dont Ibsen voulait faire l'incarnation des caractéristiques des paysans de son pays qu'il trouvait les plus répugnantes. Peer a l'opportunité d'obtenir la main de Solveig, jeune fille vertueuse et fidèle mais, par manque de persévérance, il se tourne au lieu de cela vers la fiancée d'un autre, Ingrid. Ayant été enlevée, violée et pour finir abandonnée par Peer, Ingrid déplore son triste sort. Peer rend entretemps visite au légendaire roi des montagnes de Dovre, dont les filles sont des gnomes: ayant séduit l'une d'elles, sa vie est en danger et il est forcé de s'enfuir. Après avoir assisté à la mort de sa mère Aase, Peer quitte la Norvège et, au début de l'acte IV, on le retrouve en Afrique une vingtaine d'années plus tard - c' est au commencement de cet acte qu'était joué le célèbre prélude «Matin». Peer est maintenant un prospère marchand d'esclaves, mais sa richesse fraîchement acquise ne fait que l'inciter à plus de débauche. Après avoir visité l'Arabie et séduit la belle Anitra, Peer finit par échouer dans un hospice du Caire. Il a une vision de Solveig, en Norvège, et décide de retourner dans son pays natal, mais il fait naufrage en cours de route. Rentré chez lui, il trouve la fidèle Solveig qui l'a attendu, et il meurt bercé dans les bras de celle dont l'amour tout de pureté lui vaut de connaître la rédemption. Bien que la musique de scène de Grieg n' ait pas eu une part minime au succès de la pièce d'Ibsen, on y recourt aujourd'hui rarement lorsqu'on représente la pièce, d'abord parce qu'elle implique d'exorbitantes exigences orchestrales, et ensuite parce qu'elle est généralement considérée impropre à la plupart des interprétations modernes de la pièce. Les deux Suites que Grieg tira en 1888 et 1891 de la partition ont cependant acquis une place permanente dans le répertoire orchestral et demeurent au nombre des pages les plus populaires du musicien.

Les Danses Symphoniques et l' Ouverture En Automme de Grieg sont de toute évidence imprégnées de la musique folklorique de son pays natal aussi bien que de la tradition musicale germanique qui lui fut enseignée. La première audition eut lieu au Festival de Bergen en 1898: l'orchestration fournie des Danses Symphoniques traite des thèmes de danses populaires norvégiennes à la manière des rhapsodies, tandis que En Automne fait une utilisation considérable d'airs de violoneux. Grieg composa En Automne durant un séjour à Rome pendant l'hiver 1865-66; c' était à l'origine une Fantaisie pour orchestre sur le thème d'un Lied, qu'il avait écrit antérieurement, intitulé Elfteraarstormen (Tempête d'Automne) Op. 18, No4, en forme d'ouverture concertante. Toutefois, l'œuvre ayant été refusée par Niels Gade, Grieg la transforma en œuvre pour deux pianos qui, sous cette forme, remporta avec succès un concours de composition. Elle fut réorchestrée par la suite et, sous le titre allemand Im Herbst fut accueillie chaleureusement au Festival de Birmingham en 1888.




Have a good moment!