Subcategories

[Ebook BDz] Persepolis 4 Tomes (french)

Posted By: epaperboyz


[Ebook BDz] Persepolis 4 Tomes (french)



Une BD d'une artiste iranienne sur la condition de la femme en Iran. Très réussi.








Dans ce premier épisode, Marjane retrace une partie de l’histoire de sa famille ainsi que ses dix premières années, jusqu’à la chute du régime du Shah et le début de la guerre avec l’Irak.

On lève beaucoup le poing dans cet album. On y apprend le matérialisme dialectique, on y jette des pierres. Pas vraiment pour rire : on entend aussi les balles siffler, on assiste aux derniers jours des condamnés, aux pressions physiques (im)modérés, à l’exil et aux choix dramatiques qui plongeront l’Iran dans la nuit obscurantiste.

C’est un livre politique, dramatique, qui a le mérite de parler sans détours d’une situation qui n’est le plus souvent qu’esquissée - au travers d’un cinéma qui s’exporte mais se garde bien d’aborder ces questions ou de médias occidentaux qui ne voient dans le Moyen-Orient qu’un ramassis de tribus incapables de s’entendre.

C’est aussi le premier album de bande dessinée iranien et un acte courageux par lequel l’auteur s’interdit tout espoir de retourner un jour dans son pays.






1982 : il pleut des bombes irakiennes à Téhéran et Marjane a douze ans. À peu près l’âge des gamins - ceux de la femme de ménage s’entend - qui seront envoyés sur les champs de bataille munis d’une clé en plastique censée leur ouvrir les portes du paradis.

Après avoir fait connaissance avec la révolution et ses corollaires terrifiants, Marjane découvre la guerre à sa fenêtre et apprend à faire la différence entre un Mig et un F14.

C’est la guerre. Alors, comme dans toutes les guerres, on tâche de ne pas se laisser abattre : on s’aime, on boit, on se déchire, on s’entraide, on se méfie des voisins et on attend la fin. On grandit aussi un peu plus vite car on vit plus intensément, et la vie de suivre ou non son cours, Inch’Allah ou au petit bonheur la chance.

À douze ans, on voit grand, et Marjane n’est pas du genre à s’en laisser compter. Ses parents non plus, qui prendront le risque de lui rapporter de Turquie des posters d’Iron Maiden et de Kim Wilde ou d’organiser des fêtes interdites..

Au fil des chapitres de sa vie, on assiste à la transformation d’une petite fille ordinaire en femme de chair et d’assaut, qui forgera son caractère dans l’acier trempé de l’insoumission et de la rage d’exister. C’est aussi la force de ce livre de n’être pas un récit de l’inacceptable de plus, mais avant tout une chronique de l’enfance, de la première boum et de la première cigarette à la virulence de l’adolescence. En observatrice perspicace, Marjane ne laisse rien échapper des détails qui font d’une enfance iranienne un moment de la vie sur terre à portée universelle.

Marjane Satrapi a parfaitement maîtrisé la pression du succès (déjà la quatrième édition du premier volume) et continue de se raconter avec humilité et talent en se réappropriant avec aisance les codes de la bande dessinée.






Pour ce troisième volume, nous découvrirons l’exil de la petite Marjane en Autriche, ses expériences chez les bonnes soeurs et chez les autres exilés iraniens, bref, l’apprentissage de l’Occident. Un Occident qui la surprend, la déstabilise, la choque parfois, et qui l’amène à revendiquer haut et fort ses origines. Si la suite de Persepolis ne se passe plus en Iran, elle n’en perd rein de sa force et de sa pertinence. Bref, on n’a pas fini d’en parler.






Difficile de faire plus attendu que ce quatrième et dernier tome de Persepolis de Marjane Satrapi. Inconnue il y a seulement trois ans, notre prophète préférée est devenue depuis un phénomène littéraire et médiatique qui dépasse les frontières habituelles de la bande dessinée. Ce quatrième tome relatera le retour de Marjane et ses années de Beaux-Arts dans l'Iran islamique, jusqu'au moment de son exil en France. Prépublié l'été 2003 dans Libération (comme le tome 3 l'an passé, ce qui est une première), ce dernier chapitre fera sans nul doute encore bien parler de lui, d'autant que la version anglaise vient d'être lancée avec autant de succès aux USA par le prestigieux éditeur américin Pantheon (Maus, Jimmy Corrigan, etc).